La vie d’une jeune maman : du cauchemar au rêve (presque)

bébé coeurLes filles, la dernière fois je vous laissai au moment de l’arrivée (tant attendue) de ma poupette. Et le temps passe vite ! Cela fera 2 ans à noël que Victoire est avec nous, si nous avions su tout ce qui nous attendait…

Comme j’ai déjà pu vous le dire, je ne suis pas de celles qui se sentent mère née ! Je dirai que je suis une maman moderne, du 21ème siècle. Qui aime être une femme / épouse mais aussi une femme sûre d’elle dans sa vie professionnelle, qui prend soin de sa famille oui mais aussi d’elle-même (être une femme libérée, tu sais c’est pas si facile, ne la laisse pas tomber, elle est si fragile………..). Bref je n’avais pas un guide de la femme ou mère parfaite en moi, tout ça s’apprend et encore, ça prend toute une vie je pense.

Un démarrage de diesel

Pour vous faire un petit résumé, je n’ai pas particulièrement aimé être enceinte. Ce rôle de gros coton tige (pas en formes) que tout le monde surprotège, très peu pour moi. Etre diminuée et ne pas pouvoir faire ce que j’avais l’habitude de faire par manque d’énergie, je l’ai vraiment vécu comme un gros handicap. Bref, j’avais hâte que ma squatteuse arrive.

Bébé1Et puis elle est arrivée, et là, c’est la désillusion, elle est parfaite mais c’est le moment des doutes, on ne sait pas quoi faire en tant que parent débutant. Elle pleure tout le temps, c’est la panique ! Il y a des moments où on oublie pourquoi on voulait faire un enfant. On regrette de ne pas avoir attendu quelques années de plus (environ 50).

Et sans s’en rendre compte, ce stade de découverte et de 36ème dessous disparait, ou s’estompe en tout cas.

On reprend confiance en nous, on perd la tonne de kilos que l’on a pris pendant la grossesse (pour celles qui ont de la chance), on s’assume en tant que mère et on reprend notre position de femme.

C’est qui ce bébé ?

Et le bébé dans tout ça ? Oui oui, elle est toujours avec nousJ. Et bien, elle aussi, elle change ! Jeune maman, accrochez-vous, ça change très vite. Enfin, je sais que quand on a 3heures de sommeil au compteur et qu’en sortant du bain bébé vous fait un gros caca façon tyrannosaure et qu’en plus vous arrivez à mettre les doigts dedans ça vous semble long, très long, très très long !!

Oui mais voilà, cette personne qui était finalement une inconnue quand elle est arrivée et bien maintenant vous la connaissez comme une voisine qui squatterai un peu trop votre canap’. Oui mais elle est bien sympa finalement cette voisine (et elle ne vous vomi pas dessus au moins).

On s’y attache à cette petite présence. Dans les premiers temps, on gère le bébé un peu façon tamagoshi ou sims. Caca, biberon, dodo etc… Mais si vous faites vraiment attention à votre bébé vous verrez que ce n’est pas que ça. Je n’ai jamais laissé Victoire dans son transat ou parc, je mettais une écharpe de portage et je lui montrai ce que je faisais, tout en lui expliquant.

bébé piedsLa cuisine, le ménage (super intéressant), le linge, les sorties etc… Du coup, j’ai jamais eu l’impression que c’était un nourrisson version dodo/manger/dodo. Elle m’a vite répondu par des sourires ou des petits bruits (Notamment des grognements qui lui ont valu longtemps le surnom de « bébé shrek »).

Les sorties : ahhhhhhh

Les seuls moments où je pouvais ressentir encore cette peur de l’inconnu c’était quand on sortait faire des courses ou se promener. Est-ce qu’elle va pleurer ?? Moi-même j’avais tellement de fois regardé d’un regard assassin les personnes qui m’infligeaient la présence de leur môme qui braillait… « J’ai pas d’enfant, c’est pas pour que les autres me soulent avec les leurs !». Oui mais voilà, de l’autre côté, je me souvenais bien de ce que j’avais pensé. Donc, pour les sorties, armes lourdes indispensables : biberons, poudre de lait, eau, couches, doudous, écharpe de portage au cas où, poussette, manteau chaud, moins chaud, tenue de rechange + ½ coffre plein. Bref on est devenus des psychopathes de l’organisation bébé (je vous rassure ça a bien changé tout ça).

Et tant bien que mal (des fois les pleurs étaient là), on a réussi à s’adapter et elle aussi. On ne va toujours pas au resto avec elle mais on retourne boire l’apéro dans des bars de temps en temps et ouf tout se passe bien.

Bébé3

D’ailleurs, encore une chose qui a changé. Avant d’être parents on ne comprenait pas pourquoi certains mômes se retrouvaient avec un téléphone et des dessins animés et le tout avant 5 ans. Maintenant je n’aurai qu’à dire merci. Merci à ce dieu téléphone et surtout à trotro et Tchoupi qui nous ont sortis de situation où même le Dalaï Lama aurait perdu son sang froid !! Pour les filles qui n’ont pas encore d’enfant et que ça choque, on en reparlera quand vous serez maman !! J

L’amour d’une maman tout simplement

Et progressivement la complicité s’installe, quand petit bébé commence à sourire, c’est à vous qu’il s’adressera, quand il va commencer ramper, c’est vous qu’il viendra voir, quand il parlera c’est à vous qu’il adressera ses premiers mots, quand il marchera, c’est dans vos bras qu’il se jettera et quand il aura un chagrin c’est vos épaules qu’il cherchera pour se calmer.

Ce qui m’a particulièrement marqué c’est vers ses 1 an, premier rhume. Elle s’est réveillée la nuit en m’appelant. Et quand je suis venue, elle s’est blottie contre moi avec sa tête dans mon cou. Aucun bruit à part celui de son pouce qu’elle suçait. Un moment magique. Un de ces moments qui me montre que je suis maman, que ma poupette ne voit que moi et son papa, elle nous trouve parfaits comme nous on la trouve parfaite et on est « son havre, son refuge ». Et ça, c’est un sentiment de diiiiinnnnnngue.DSC01115

Et avec cette complicité ce sont des moments magiques comme ça qui se multiplient. Victoire parle très bien et on a droit à des perles à peu près tous les jours du genre :

 « donne eau micellaire à moi maman »,

Qu’est ce qu’on dit quand on rote Victoire ? « Merci »,

C’est toi qui t’es griffé le nez ? « Non », ben c’est qui ? « c’est mamannnnnnnn », elle a fait exprès ? « ouiiiiiiiiiiiiiii » avec un grand sourire en coin…

Encore ce soir quand je l’ai couchée, « maman t’aime fort moi »,

Qu’est ce qu’on sent sous les bras quand on se lave pas « la vache qui i » (les r sont un peu durs à sortir 😉 ),

Elle a même essayé d’ouvrir son cadeau d’anniversaire, je l’ai prise sur le fait, elle a sursauté en me voyant. Et a carrément balancé le chat. Qui a fait ça Victoire « c’est Soho !! »,

Elle a mis un de ses nounours parlant en Anglais et elle me regarde choquée « mais c’est pas en Français ça maman ! ».

Bref, on ne sait pas d’où elle nous sort tout ça !!

Et finalement, une famille !

Et ben, même si j’en ai ch** (et que c’est pas fini), rien que pour entendre ça encore et encore je signerai à nouveau, et tout de suite… Un bébé sui est au départ un inconnu et bien, avec le temps on se rend compte qu’il est à notre image, les chiens font pas des chats. Donc forcément il nous rappelle un peu de ce qu’on connait déjà. Sa personnalité se forme et s’affirme (un peu trop et très tôt) et elle grandit avec  nous.

Ca y est, on est une famille et tout ça on ne le changerais pour rien au monde, vous voyez, je vous avais bien dit que le dernier épisode ça valait le coup mes petites futures mamans 😉

2 Comments on La vie d’une jeune maman : du cauchemar au rêve (presque)

  1. Esmeralda
    23 novembre 2015 at 17:45 (2 années ago)

    Merci de nous faire partager ces moments de bonheur ! Quelle émotion dans ce joli texte ! Victoire a l’air épanouie ; ne changez rien ! Trotro et Choupi permette à Victoire d’acquérir du vocabulaire et tant pis pour les donneurs de leçon…

    Répondre
    • MamanGazelle
      23 novembre 2015 at 19:40 (2 années ago)

      Merci beaucoup ! Pour l’instant oui, on pense qu’elle est épanouie mais on est jamais à l’abri 😉

      Répondre

Leave a Reply